AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 We're not messing around + Reid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Andy Samberg.
↝ Attentats : 223
↝ A emménagé le : 25/05/2015
↝ Pseudo : Fictifs-Therapy.
↝ Crédits : Nuit Parisienne.
↝ Autre(s) tête(s) : Wren le kit suédois.
↝ Métier : Journaliste-photographe. Vocation ratée, déception familiale.
↝ Amour : Vide, comme son dernier pot de Nutella.
↝ Âge : 36 ans.
I'M ON A MOTHERFUCKING BOAT.



MessageSujet: We're not messing around + Reid   Sam 6 Juin - 23:48

ft Reid & Rhett
We're not messing around


Il devenait fou, il tournait en rond, exactement comme un lion en cage. Ce qui était bien avec Rhett, c'était que lorsqu'il était dans cet état là, il était au maximum de son potentiel créatif. La preuve, au cours du dernier quart d'heure, il avait transformé sa corbeille à papiers en coffre fort et puis il avait accroché des milliards de trombones ensemble dans l'espoir de vaincre le record du Guinness. Il en était arrivé à cent quatre vingt quatre quand il s'endormait à moitié sur son bureau et lorsqu'il entendit son nom forcément, il sursauta et balança le tout sur le collègue d'à côté. Il avait bien failli lui éborgner l'oeil avec ses conneries mais Rhett avait réussi à se faire pardonner en lui écrivant son article en moins de vingt minutes: et faire un speech sur l'épilation du maillot féminin n'était pas une mince affaire dans son cas, pas sûr que son historique survive à cette époque glorieuse dans sa journée. Au bout du compte, il se dirigea vers le bureau du patron, se rendant compte trop tardivement qu'il avait une armée de trombones collés de sa poche jusqu'au sol et qu'il avait l'air d'être un pestiféré plutôt qu'un journaliste de Boston. On l'informa qu'il y avait une affaire en cours sur un yacht du port dans le coin et qu'il devait se la jouer discret. Discret à une fête immortalisant l'arrivée de l'été? Rhett savait faire avec plus que brio. Lorsqu'il était étudiant, il était toujours le premier à s'armer de son bermuda de vacanciers, de sa chemise hawaïenne fétiche et des tongs préférés de va collection. Il allait passer crème dans le décor, il n'y avait aucun doute sauf que lorsqu'il débarqua sur le paquebot, il constata rapidement que c'était costume et robe de cocktail obligatoire. Pourquoi on ne le prévenait jamais des codes vestimentaires, bon sang. Changement de tactique, son appareil coincé dans sa besace, Rhett tâcha de se faire passer pour un serveur atypique, il renversa trois ou quatre flûtes de champagne et on finit par l'appeler pour lui indiquer que ce genre d'affaires ne lui seyaient pas des masses... Ah bon? Il avait l'air sur le coup pourtant, même si l'instigateur de cette petite beuverie avait essayé dans une tentative désespérée de le jeter par dessus bord, attitude qui lui dut une réponse sévère du photographe parce que bordel "Il était on a motherfucking boat" et rien ne pouvait lui arriver, nom d'un chameau brésilien alcoolisé. Tant pis, il croisa un collègue bien fringué en sortant du yacht, un petit signe de tête et il se dirigeait vers une toute autre affaire. Il y avait souvent des morts retrouvés dans les ruelles de la ville et dieu seul savait pourquoi on refourguait le sinistre à Rhett, sûrement parce qu'avec les vivants, il trouvait toujours le moyen de tout faire capoter. Comme si c'était sa faute s'il avait des coups de génie qui l'obligeaient à avoir la tête ailleurs que sur les épaules, franchement, les gens n'avaient aucune considération pour son art, certainement pas sa famille qui se foutait de lui constamment pour le moindre pépin.

Il avait la dégaine d'un mec qui sortait de la fête foraine: vieux bermuda, chemise hawaïenne bien flashy, il avait même chopé un sombrero sur le bateau et il n'y avait que sa carte de presse qui le sauvait, certainement pas sa paire de tongs qui balançaient un clic clac menaçant sur le carrelage de la morgue. Par quel miracle on le fit entrer dans l'antre mortuaire, Rhett lui même n'aurait su le dire. Il tomba dans une salle vide, pas e jolie brune pieds nus à danser avec un scalpel à la main. Et dans ce genre de cas, quand le photographe se retrouvait seul dans une salle, il y avait toujours des idées à la con qui germaient. Et voilà qu'il ouvrit un casier avant de crier comme une pucelle en tombant sur un cadavre. A croire que pendant deux secondes, il avait oublié qu'il était dans une morgue. Pourtant, il ouvrit un second casier et un éclair de génie illumina ses neurones abîmés par la destruction massive de flûtes de champagne, il s'engouffra à l'intérieur mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'était le froid là dedans et le fait qu'en voulant se placer correctement, le plateau glissa et il se retrouva coincé comme un cadavre. Mais bordel, n'arrêterait-il jamais? "Allô le monde? Y a pas un bouton d'appel d'urgence comme dans les ascenseurs, scandale, merde..." Et il tapa comme un acharné sur la porte avant d'entendre finalement le bruit d'une poignée qu'on active et qu'il se retrouve face à Reid et là, son sourire apparut, presque trop large pour être vrai mas c'était juste que cette fille là, elle avait une beauté qui le perturbait presque autant que deux litres de whisky ingurgités en moins de vingt secondes. "Dieu soit loué, super hot légiste est là... Merde, j'ai égaré mes tongs dans le fond, tu peux m'sortir de là? J'ai dit hot, non c'pas hot que j'disais, c'était super forte légiste, erreur de débutant.." Et il aurait pu parler pendant mille ans mais là, Rhett réalisait surtout qu'il avait l'air con et clairement très loin de l'image du journaliste modèle et surtout professionnel... A croire qu'il avait un problème psychologique d'envergure, allez savoir.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


“I'm a space bound rocket ship and your heart's the moon.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Melissa Fumero
↝ Attentats : 103
↝ A emménagé le : 26/05/2015
↝ Pseudo : RiverFalls
↝ Crédits : ©nop
↝ Autre(s) tête(s) : Roman the boy on fire
↝ Métier : Médecin Légiste
↝ Âge : 34 ans



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Dim 7 Juin - 0:50

ft Rhett & Reid
We're not messing around


Trois fois qu’elle vérifiait les plus de sa jupe et de savoir si depuis la barre des témoins on pouvait voir le trou de ses collants qui, l’infâme, semblait s’élargir de minutes en minutes. Elle avait beau essayé de pincer la matière entre son index et son pouce, ça n’empêchait pas l’émaille de se déchirer un peu plus, au point qu’elle craignait plus de finir les jambes nues devant la cour, que d’aider à faire condamner un type qui avait envoyé trois personnes sur sa table d’autopsie. Le pire c’était qu’on lui demandait de mettre sa main sur la couverture d’un bouquin qu’elle avait sans doute oublié de lire, l’obligeant à pencher la tête sur le côté pour lire le titre, avant de comprendre de quoi il s’agissait et, surtout, de réaliser que c’était la main occupée à ralentir l’agrandissement du trou qu’on lui demandait de poser. Elle tenta bien d’expliquer au type devant elle que c’était difficile, mais il continua de la fixer durement pendant quelque secondes, jusqu’à ce que le juge la rappelle à l’ordre et l’oblige à faire ce qu’on lui demander; témoigner. C’était sympa, parce qu’elle pouvait étaler sa science, littéralement baver des kilomètres de termes scientifiques que personne n’avait l’air de comprendre, ou faisait semblant de piger, pour finalement conclure par les simples mots qu’on attendait; l’accusé était coupable au vu des indices laissés par ce-dernier et de son ADN sur chacune des victimes et de bien d’autres qu’on se serait bien passer de connaître. L’ennui c’était que son attitude à la barre la faisait toujours passer pour une nana condescendante et que, forcément, ça ne plaisait pas aux jurés qui ne se faisaient pas prier pour le lui faire bien sentir, à grands renforts de regards perçant, de moue sceptique et de tics nerveux qui avaient le don de l’exaspérer. Reid était certes un très bon légiste, mais dans ses rapports aux humains et en société, elle était loin de gagner la médaille d’or, c’était à peine si elle pouvait prétendre au bronze. »Vous vous en êtes bien sortie.. » L’avocat lui tint la porte de la salle d’audience, ce sourire arrogant et fier du paon certain d’avoir ce qu’il faut pour charmer la femelle, qu’elle passa sans un mot, un haussement d’épaule dédaigneux pour toute réponse. Avec un frère comme Nate à la maison, elle avait appris à se protéger de ce genre de tactique pourrie pour attirer son attention, mais surtout Reid se sentait merdeuse au vu de sa performance à la barre et son subconscient essayait de lui prouver que tout, dans l’attitude de l’avocat, n’était qu’une manière détournée de se moquer d’elle. « C’est ça. Ce n’est pas en me flattant que vous me ferez atterrir dans votre lit. Essayez plutôt avec cette petite rousse là-bas, ça fait trois fois que vous passez devant elle et trois fois qu’elle remet ses cheveux en place derrière ses oreilles. Un signe qui ne trompe pas. » Elle songea à boiter jusqu’aux toilettes les plus proches, penchée encore en avant à pincer ses collants, mais sa voiture étant plus près, Reid fit vite son choix sur la meilleure manière d’abréger sa souffrance.

« Donnez moi quelqu’un à disséquer. » Une autre aurait surement eu un temps d’arrêt, mais l’assistante de Reid semblait avoir fini par cerner le personnage et plus rien ne paraissait la surprendre ou la choquer. Sans rien dire, elle lui tendit un dossier, que la jeune femme attrapa tout en finissant d’enfiler sa blouse, retirant le collant récalcitrant par la même occasion, jetant sa jupe sur la chaise de son bureau pour enfiler un pantalon de survêtement qui trainait toujours. Rejoignant la salle d’autopsie, adjacente à son bureau, elle glissa ses pieds dans ses chaussons à tête de lapin et tira un premier casier pour chercher l’étiquette correspondant au numéro de dossier.. « Dites.. » Elle s’apprêtait à passer une soufflante aux potentiels apprentis qui pouvaient trainer, mais en jetant un oeil autour, Reid réalisa qu’elle était seule, ou presque. Pas qu’elle croyait en Dieu ou en tout ce qui était de l’ordre du merveilleux - bien que sa mère avait tenté pendant des années de lui faire changer d’avis en l’emmenant à l’église -, mais le fait d’entendre des voix, alors qu’elle était seule commença sérieusement à lui faire remettre des choses en questions, jusqu’à ce qu’elle réalise que le bruit venait d’un des casiers. Déverrouillant la porte, elle tira et.. Rhett. Allez savoir mais quelque part elle ne fut pas si étonnée que ça de le découvrir là, ce qui la perturba surtout fut son accoutrement. « Tu n’es pas une vieille polonaise de 91 ans.. dans le début de conversation silencieuse qu’elle venait d’avoir, avec elle-même dans son crâne, elle se rappelait les faits de l’année précédente, où une vieille femme s’était réveillée dans une morgue après qu’on eut prononcé son décès. Dommage, cela aurait pu faire parler d’elle un peu.. Tu as perdu un pari, en plus de tes tongs ? Ou tu partais en vacances, si tu es venu pour m’inviter, je vais décliner, j’ai trop de morts sur la table..Enfin si j’ai déjà ton cadavre en moins, ça peut alléger le poids du boulot mais.. Je crois que.. Sans finir sa phrase elle fit demi-tour, récupéra une pince et revint vers lui pour poser sa main sur son crâne, l’obligeant à rester immobile et attrapa quelque chose entre ses mèches. Hm.. Le technicien a mal nettoyé, tu as un peu de matière grise dans les cheveux.. Descends de là, avant de devenir bleu. » Attrapant un petit escabeau elle grimpa dessus pour l’aider à asseoir sur le plateau avant de se pencher pour essayer d’apercevoir les tongs, tournant à nouveau en rond dans la morgue pour attraper une serpillère et l’enfoncer au bout du casier, pour tenter de ramener les affreuses sandales jusqu’ici. « En plus, techniquement.. il peut pas faire chaud ici, ou alors tu as un problème de régulation de la température, ton hypothalamus fonctionne bien ? Ou alors ça vient de tes glandes surrénales.. Ta médullosurrénale libère trop d’adrénaline.. Tu sécrètes trop de catécholamines là.. Prend un peu d’eau.. Ca devrait te calmer.. » 

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Andy Samberg.
↝ Attentats : 223
↝ A emménagé le : 25/05/2015
↝ Pseudo : Fictifs-Therapy.
↝ Crédits : Nuit Parisienne.
↝ Autre(s) tête(s) : Wren le kit suédois.
↝ Métier : Journaliste-photographe. Vocation ratée, déception familiale.
↝ Amour : Vide, comme son dernier pot de Nutella.
↝ Âge : 36 ans.
I'M ON A MOTHERFUCKING BOAT.



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Mer 10 Juin - 22:54

ft Reid & Rhett
We're not messing around


Il avait le don pour se mettre dans des pétrins inimaginables, clairement, ses parents avaient dû foirer quelque part. Rhett avait tellement perturbé l'équilibre terrestre qu'il avait empêché sa mère de faire un deuxième exemplaire, au moins le monde était préservé. Finalement, on aurait dû le remercier pour tout le travail qu'il fournissait pour rendre la vie des gens plus agréables parce que, disons le, il était une source de divertissement intarissable. Les gens riaient toujours de Rhett et en général, il n'y faisait même pas attention, il avait l'habitude d'être l'oiseau de foire, le gamin un peu trop enveloppé qui marchait sur ses propres lacets pendant que ses frères et soeur lui lançaient de la boue au visage. Du moment que cela les faisait marrer, Rhett était content, du moins en apparence parce qu'il ne pouvait pas mentir, il avait été marqué par son enfance dans la marginalité la plus totale. Bien des fois il avait cherché l'approbation de ses pairs en ne trouvant rien d'autre que des rires ou des lunettes cassées sur le chemin. Rhett n'était pas idiot, il avait toujours été un peu maladroit et pas forcément à l'aise avec les gens alors il avait choisi de se complaire dans l'ombre. Là dessus, il avait bien changé mais quand on choisissait la voie du journalisme, c'était pour le moins normal. Désormais, Rhett était le type le plus bavard et curieux de la région, toujours à s'attirer des emmerdes mais jamais il ne s'inquiétait qu'on le regarde ou qu'on l'insulte de bêtises. Il était bien dans sa peau parce qu'il avait trouvé ce qui le passionnait et dans ces cas là, il s'en fichait pas mal de l'avis d'untel ou untel... Avec sa famille, c'était toujours le chaos cela dit et il avait toujours autant honte, peut être qu'un jour il oserait s'affirmer plutôt que payer des prostituées pour venir dîner chez les parents... Il en entendait encore parler bien entendu, à toutes les fêtes et tout le monde en riait comme au premier jour, génial. Cette fois, Rhett était le journaliste à se trimbaler en tong à des soirées huppées vans être gêné outre mesure et quand on lui avait annoncé qu'il devait faire son petit tour à la morgue, il n'était même pas repassé chez lui pour arborer une tenue un peu plus décente. Le problème, c'était que Rhett aurait probablement dû mieux se tenir parce que mine de rien, la légiste avait trouvé son importance dans ses petits passages dans le coin et inconsciemment, il tentait de l'impressionner... Clairement, ce n'était pas avec une chemise à la Carlos, les tongs de Brice de Nice et la tronche gelée de se retrouver coincé dans un tiroir à cadavres qu'il allait faire son effet. Il avait été con sur ce coup là mais se retrouver tout seul à la morgue avait eu raison du moindre sens des responsabilités qu'il avait pu avoir jusqu'ici... Il avait vu l'opportunité, il avait fallu qu'il la saisisse parce qu'il était idiot et que quand il était nerveux comme à ce moment là, Rhett était prêt à faire une montagne de Danette avec du Champomy et des Bretzels même si cela n'avait aucun putain de sens. Il était comme cela, il avait toujours été comme cela, il ne devait donc pas s'étonner d'être la tare familiale, la déception latente, le mec qu'on invitait au dernier ou celui qui n'avait jamais le moindre appel pour son anniversaire. Rhett avait trente six ans et là, il avait la ruse d'un gamin de sept ans et demi, oui le demi avait son importance dans ce cas précis même s'il n'en avait pas bu un seul sur le yacht, il aurait dû, il aurait peut être pu trouver une justification à sa situation.

Il n'y en avait aucune en réalité. Rhett avait juste vu un placard vide, il était rentré dedans et il s'était retrouvé enfermé à gueuler comme un porcinet qu'on engorgeait avant de se retrouver face à la jolie face de Reid... Il souriait mais il rougissait dans le même temps, allez savoir si c'était à cause de la fraîcheur ambiante, de la présence de Reid, la honte inhérente sur le moment ou une toute autre raison bien obscure. Une polonaise de 91 ans? Bon d'accord, il avait gardé un peu de ventre de sa jeunesse mais il n'avait pas d'accents particuliers et a priori, niveau rides il gérait la crise. Merde, il était si moche que cela? Crise d'insécurité le retour et la seule manière qu'il avait de gérer le doute, c'était de surenchérir, du Rhtt tout craché. "Non, moi j'suis une camionneuse de 56 ans, Roberta, regarde sur le papier là bas..." Il n'était peut être pas né pour être doué avec le sexe opposé. Il n'était pas Francis Cabrel et avec lui ce n'était pas écrit et à son âge, cela commençait à être un peu triste ou comme dirait Colin, pathétique mais bon Rhett vivait avec. Il laissa Reid le sortir de sa misère, tentant de faire comme s'il n'était pas congelé, sa chemise avec mais au moins, la légiste réussit à récupérer ses tongs ce qui n'empêcha pas Rhett de rester pieds nus, il savait qu'avec Reid, c'était souvent de rigueur dans le coin. "Ah bah, t'as raison, j'ai dû m'tromper, c'pas ici la croisière s'amuse? Bah merde alors, j'ai un sens de l'orientation d'une polonaise de 91 piges... Et comment ça j'avais de la cervelle dans les cheveux? QUOI?" Il sauta partout deux petites secondes en se massant les cheveux dans l'espoir de se débarrasser des hypothétiques bouts de cadavres qui pouvaient encore traîner là dedans. Il finit par se dire que merde, il y avait Reid en face et il devait être un homme civilisé, quelqu'un qui pouvait subtilement l'intéresser... Un jour... Mal barré, cela dit. "Tu réalises que j'ai pas fait médecine? Ou alors tu m'parles en kurde, c'ça? Et si c'un dialecte qui veut dire que t'es accro à ma personne, j'adhère... Merde, c'pas un club ça, on peut pas adhérer." Mais ferme là, Rhett. Il sourit en détaillant la jeune femme, complètement obnubilé comme la fois où il avait perdu les boutons de sa chemise. "Pourquoi t'as des chaussons, elle est où la musique? J'comprends pas ce qui s'passe là, madame la légiste, j'suis inquiet... Dire que j'venais faire mon boulot mais là faut que j'intervienne..." Il était même carrément inquiet qu'un mec quelconque lui ait mis l grappin dessus en essayant de la changer, hors de question. Rhett se dirigea vers la chaîne, il alluma la musique et revint vers la légiste avec ce petit sourire idiot en lui tendant la main. "C'le moment de danser là, non?" C'était dans ces moments là qu'on pouvait hypothétiquement se demander pourquoi Rhett était mal aimé, il aurait mérité mieux, si seulement il osait plus. Oui, certainement.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


“I'm a space bound rocket ship and your heart's the moon.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Melissa Fumero
↝ Attentats : 103
↝ A emménagé le : 26/05/2015
↝ Pseudo : RiverFalls
↝ Crédits : ©nop
↝ Autre(s) tête(s) : Roman the boy on fire
↝ Métier : Médecin Légiste
↝ Âge : 34 ans



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Ven 12 Juin - 12:05

ft Rhett & Reid
We're not messing around


Elle voulut rire parce que, franchement, c’était bien la toute première fois qu’on lui faisait une blague pareille et que, l’air de rien, il avait réussi à la surprendre. Elle qui prenait toujours en compte tout les paramètres avant de se lancer dans quelque chose, elle avait pas envisagé qu’un type aurait l’audace, ou la folie, de se planquer dans un casier réfrigérant, pour jouer les cadavres éveillés et, même si la vision lui rappela ces légendes créoles de la drogue vaudou, elle ne put s’empêcher de trouver ça.. Marrant. Voire même très drôle. Excepté qu’au lieu d’éclater de rire, Reid se contenta de ce sourire qui apparaissait souvent sur son visage, surtout depuis que cet énergumène avait passé la porte pour la première fois; ouais, il était possible qu’elle l’aime bien ce taré. Fallait en profiter parce que c’était rare qu’on soit ainsi avec elle, à essayer de la faire marrer avec des conneries, à tenter des trucs cons et la faire sortir, inconsciemment sans doute, de sa zone de confort. C’était la solitude sa meilleure amie dans le coin, quand Betsy était pas disponible pour venir siffler une bouteille d’un champagne bas de gamme acheter par un collègue et qu’elle avait piqué dans le frigo commun du lieu où elle bossait. Sorti de cette nana déjantée, y avait personne d’autre dans le coin près à venir trainer avec des morts comme elle le faisait à longueur de journée et à part attirer des mecs timbrés, à tendance légèrement nécrophile, plus intéressés par son boulot que par elle, Reid avait pas grand monde ici pour accepter ses règles et son comportement bizarre.. A part son assistante et collègue, mais c’était pas la même chose. Les morts étaient moins gênant au final, elle pouvait leur dire tout ce qu’elle avait envie de leur balancer, ils bronchaient jamais. Elle pouvait raconter des anecdotes à la con, se plaindre de son frère, baver sur le dos des flics qui venaient lui pourrir l’ambiance feng-shui de son bureau avec leurs armes et leurs gueules de travers, elle pouvait même avouer qu’elle avait déjà écouter un cd de One Direction sans se pendre après et, tout ça, sans rougir. Les morts, ils étaient faciles, simples, pas compliqués pour un sou à se tirer dès le premier petit pet de travers de Reid et elle appréciait.. Alors voir Rhett sur le plateau coulissant, à la place de ces cadavres sans vies qu’elle aimait bien malgré leurs histoires parfois dégueulasses, ça la fit franchement sourire.. A défaut qu’elle préférait que lui soit encore en vie et pas refroidi, ce qu’il semblait commencer à être au vu de ses tremblements et de ses lèvres moins roses. Son regard se posa sur lui, remarquant un petit creux sur son menton quand il lui renvoya un sourire, amusée. On en apprenait tellement plus en observant quelqu’un qu’en l’écoutant, c’était ce qu’elle avait fini par comprendre à force de voir débarquer des gens ici; le corps ne mentait jamais, les lèvres si, mais les muscles, les nerfs, les veines et les tressaillements de la peau, jamais. Et Rhett l’aimait bien, elle le sentit et l’apprécia, peut être même plus que de raison. Parce qu’y avait sans doute pas cet air un peu déçu au coin de ses yeux en regardant autour de lui, à la voir se terrer dans ce lieu morbide plutôt qu’à trainer dans les bars à boire jusqu’à plus soif, comme ses parents. Prends exemple sur Nate, qui lui vivait à cent à l’heure, avait trouvé sa copine en trainant dans les rues avec ses potes, qu’il avait épousé et qui lui avait pondu des mioches à un âge plus jeune que celui que Reid avait maintenant. C’était difficile de lire de l’amour avec une pointe de déception dans le regard de ceux qui l’avaient poussé dans le monde, simplement parce qu’elle était pas forcément conforme aux idées qu’on s’était fait d’elle, de la vie et de ce qu’il fallait avoir et donner pour entrer dedans.. Entrer dans un putain de moule trop petit pour elle, parce que fatalement dès qu’elle tentait de le faire, elle débordait de tout les côtés. La vie de femme de mariée, à s’occuper de rejetons, c’était pas pour elle, Reid avait failli y gouter, avant de prendre la fuite à quelques heures de franchir le cap. Pour ses parents, c’était le signe qu’elle ne serait jamais comme ils le souhaitaient, qu’elle finirait seule avec ses morts et basta. Pour Reid c’était peut être juste que personne pouvait comprendre et supporter ce qu’elle était. Une discussion qui ne finirait jamais, sur laquelle ils ne se mettraient surement jamais d’accord. Alors en regardant Rhett, elle plissa les yeux, imaginant quelque chose qui lui fit tapoter ses doigts sur le dossier qu’elle venait d’attraper, avant de secouer la tête en se disant que c’était idiot comme pensée, son attention désormais focalisée sur ce qui était écrit.

« Avec .. Je dirais.. Cinq enfants à son affectif je dirais, vu les dimensions et l’état de l’utérus.. Hmm.. Tu n’as pas les seins douloureux ? Parce qu’il semblerait que la radio ait montré une masse sur le côté gauche.. Faudrait voir ça avant de finir ici, froid.. » Elle fit mine d’être sérieuse, ses lunettes sorties de sa poche pour les poser sur son nez, un léger sourire en coin, remuant ses doigts de pieds dans ses chaussons moelleux. Fatiguée d’avoir du porter des talons toute la journée; pas qu’elle aimait pas ça, elle en était même dingue et tout un pan de sa penderie était réservé aux chaussures qu’elle achetait parfois par lot de trois, mais de là à les porter.. Ca servait juste de réconfort et de plaisir coupable. Refermant le calepin, elle le déposa sur la table et leva les yeux au ciel, faussement las, mais réellement amusée, en le regardant s’agiter. « J’espère seulement que tu as bien garé ton bateau sur le parking et que tu as pensé à mettre un ticket pour le parcmètre.. Et que tu n’as pas piqué l’emplacement de l’ambulance! » S’approchant du bureau, elle attrapa un mouchoir qu’elle lui tendit pour qu’il farfouille sa tignasse à la recherche d’autres bouts de cervelle, avant qu’elle n’éclate de rire. Sincèrement. Elle se moquait de lui, la seule chose qui avait pu trainer dans ses mèches, c’était ce petit insecte mort qu’il avait du trimballer avant d’arriver. Son humour était peut être pas franchement génial, mais au moins elle avait réussi à le faire marcher. Rire coupé. Net. Reid tourna un air bizarre vers lui, ouvrant la bouche pour articuler quelque chose avant d’hausser les épaules. Reprendre un air déconnecté et réussir à balancer correctement. « Alors déjà.. Accro venant d’accrocher et signifiant dépendant de quelque chose, notamment une drogue.. Je ne pense pas. Etant donné que je ne me drogue pas. Quant à sa signification d’être passionné par quelqu’un, ça n’a pas de sens, on ne peut pas concrètement.. A moins d’être anthropologue et d’étudier le comportement humain et être, possiblement, accro à l’humain en général.. Mais.. Franchement.. Je ne suis pas accro à mes cadavres donc.. Retirant ses lunettes de son nez elle l’observa un moment avant de lever le nez en l’air. Puis t’aimerais bien hein.. Mais je préfère Roberta, la camionneuse de 56 ans. » Elle farfouilla un moment pour trouver le dossier allant de pair avec le corps, encore sa housse, qui attendait de se faire ouvrir, l’écoutant d’une oreille et haussant les épaules pour toutes réponses sur ses chaussons, qu’elle trouva bien plus confortables maintenant qu’il les avait fait remarquer, avant de relever le nez en entendant la musique. « Oh non.. Pas aujourd’hui.. Elle afficha une moue perturbée, coincée dans une réflexion intense avant de le regarder, ses yeux faisant l’aller-retour entre sa main tendue et ses chaussons aux pieds. Bon.. Mais juste une hein.. » De quelques mouvements des chevilles, elle fit voler ses chaussons à tête de lapins à travers la pièce et attrapa sa main pour remuer sur l’air qui s’échappait de la radio. « J’ai pas demandé mais.. Tu es là juste pour la blague ou y a un article qui attend ? » Suspicieuse, elle serra ses doigts sur sa main en le fixant, visiblement amusée et de bien meilleurs humeur qu’à l’instant où elle avait passé les portes de la morgue.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Andy Samberg.
↝ Attentats : 223
↝ A emménagé le : 25/05/2015
↝ Pseudo : Fictifs-Therapy.
↝ Crédits : Nuit Parisienne.
↝ Autre(s) tête(s) : Wren le kit suédois.
↝ Métier : Journaliste-photographe. Vocation ratée, déception familiale.
↝ Amour : Vide, comme son dernier pot de Nutella.
↝ Âge : 36 ans.
I'M ON A MOTHERFUCKING BOAT.



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Ven 12 Juin - 23:36

ft Reid & Rhett
We're not messing around


Il était une disgrâce et il en avait parfaitement conscience. Trente six ans que Rhett était totalement paumé sur cette planète et en vue de l'alignement des astres, il était parti pour trente années de plus dans la galère la plus monumentale. Il aurait peut être dû consulter une voyante pour être absolument certain que son avenir ne soit pas un désastre total mais Rhett avait bien trop peur d'apprendre des mauvaises nouvelles. Le problème, c'était que depuis qu'il était gamin, il attirait la poisse comme il attirait les fientes de pigeon et il en avait compté environ deux cent rien que les quinze dernières années. Il aurait peut être du contacter l'auteur du Guinness parce qu'il méritait amplement d'avoir une page spécialement dédiée à sa personne. Mais Rhett n'était pas de ce genre là, tout simplement parce qu'il avait arrêté de croire en lui à la cinquantième façon différente que son père lui avait signifié qu'il était un attardé mental. Sa mère l'avait même emmené faire des tests pour voir s'il était un garçon normal et son père avait hurlé au scandale le jour où il avait appris que son seul véritable héritier avait un quotient intellectuel supérieure à la moyenne. Il était persuadé que sa femme avait payé le prestataire et bien entendu, le petit Rhett n'avait rien dit, il avait attendu de se retrouver seul dans sa chambre avant de se mettre à pleurer... Sauf qu'il n'était jamais vraiment seul puisque Colin était sorti de sous son lit pour lui foutre une gifle, prétextant que les vrais hommes ne pleuraient pas. Il fallait dire qu'à l'époque, leur père se faisait un point d'honneur à leur inculquer les valeurs de la virilité, ce que Rhett ne partageait pas un brin. Colin lui avait dit et répété que respecter les femmes, c'était leur donner trop d'ampleur dans leur petit monde alors à l'école, il s'amusait à ignorer les plus jolies filles qui lui couraient après pendant que Rhett le regardait faire, estomaqué. Lui, il passait son temps à cueillir les pissenlits pour en faire des bouquets pour offrir aux filles qui pleuraient dans la cour de récréation, ils portaient les cartables et le pire, c'était que Colin allait répéter aux filles qui commençaient à apprécier Rhett qu'il était fautif d'une connerie quelconque dont il était le seul responsable et il récoltait les gifles des filles en question et de son père par dessus le marché. Rhett avait toujours eu un karma minable et même passé la terrible barre de la trentaine n'avait pas changé la donne. Les femmes ne le regardaient pas, il ne savait ni charmer ni montrer qu'il était intéressé, la faute à une famille qui l'avait étouffé et qui lui avait répété qu'il ne valait rien sur cette planète. Rhett voulait changer cela, il voulait être digne de quelqu'un et quand il venait à la morgue, il avait cet intime espoir qu'avec Reid, il pouvait être une personne suffisamment intéressante pour la captiver sans lui envoyer un de ses chaussons à la face. Peut être qu'il rêvait mais il la voyait sourire quand il arrivait avec des chaussons aux pommes qu'il ramenait expressément de la meilleure boulangerie de la ville, prétextant qu'il était dans le coin et qu'il en avait acheté plusieurs parce qu'il avait une grosse faim... Au lieu de dire que c'était pour elle. Rhett était comme cela, c'était tout à fait le genre de types à écrire un article extraordinaire et par peur de récolter le fruit de sa dure labeur, il allait raconter que c'était le voisin d'à côté qui avait balancé la bombe. Et avec les femmes, il était un peu pareil. Jamais, on ne le voyait gagner la fille parce que soit Colin passait par là pour envenimer ses plans soit il la regardait filer avec le premier qui lui disait ouvertement qu'elle était belle. Rhett trouvait Reid belle, c'était un fait indéniable et pourtant, il était incapable de prononçait une saloperie de phrase en rapport avec ce détail d'importance. Il était un cas désespéré et ce n'était pas sa famille qui allait dire le contraire après qu'il ait ramené une femme des rues pour jouer les potiches à Noël. Rhett le regrettait amèrement, peut être parce qu'il avait honte, il n'y avait pas à le cacher mais surtout parce qu'il gâchait tout son potentiel en attendant que le ciel lui tombe sur la tête plutôt que de saisir la moindre opportunité. Il venait à la morgue environ trois fois par semaine, trouvant toujours le moyen de se faire refourguer les cas morbides par des collègues. Eux n'y comprenaient rien d'ailleurs vu qu'il échangeait sa place de parking contre un cas de décomposition avancée mais Rhett se doutait que derrière son dos, ils avançaient des arguments de fricotage d'envergure sur le plateau d'autopsie. Ce n'était clairement pas le genre de Rhett, même si parfois, il se demandait si être comme son frère ne le sauverait pas d'une vie pourrie par la solitude.

Non, Rhett ne voulait pas être Colin, un gars comme Colin n'aurait aucune chance de faire sourire Reid largement comme elle le faisait quand elle le dégageait de ce coffre morbide. Rhett était peut être béni des dieux finalement parce que assister à un spectacle pareil, c'était comme gagner une place pour le concert de Bon Jovi en VIP sans avoir joué à un seul jeu. Il ne voulait pas paraître idiot mais clairement, Rhett l'était. Il avait une gueule presque bleue, des fringues affreuses et les sandales de la mort. Comment avait-il pu penser une seule seconde que débarquer ici sans réfléchir lui apporterait une quelconque satisfaction? Il n'en savait trop rien mais le journaliste était là, à rire en faisant une grimace dont lui seul avait le secret en entendant la réplique de la légiste. "J'ai un problème à l'utérus, c'ça? J'ai le cancer, c'ça que tu m'annonces? J'dois faire une mammographie en plus? Aide moi, Reid, j'peux pas mourir si jeune, sauve moi des griffes de la faucheuse avec tes pas de tango légendaires..." Il en rajouta même en faisant comme si l'annonce était un choc, se palpant la poitrine, prêt à faire couler la moindre larme au besoin. Il était peut être temps qu'il envisage un changement de carrière, au cinéma, il aurait fait fureur avec ses imitations de Kermit et de Georges Bush. Rhett se reprit bien vite, en posant ses mains sur ses hanches, le regard rivé vers le lointain... Oui, la pose de Superman, c'était le moment ou jamais. "L'ambulance... C'moi, Silva. Une urgence? Docteur Stephens pour vous servir ma demoiselle..." Et l'idiot s'agenouilla devant elle pour lui faire un baise-main. Clairement, le froid avait détruit le peu de neurones qu'il avait. Pour rattraper le coup, il se releva, en tentant de ne pas rougir avant de répondre plus normalement. "Non mais, j'suis venu à pied... Si j'm'étais ramené en bateau, crois moi, t'aurais entendu gueuler J'SUIS SUR UN PUTAIN DE BATEAU... Enfin, a priori... Surtout que j'ai mes tongs là, j'étais so prêt pour ça... Mais promis, j't'emmènerais faire un voyage en mer, j'sens que c'ton rêve." Si c'était une façon détournée de l'inviter quelque part, c'était certainement trop subtil pour que Reid le remarque mais il lui fit un sourire tendre avant de continuer sur sa lancée. On ne l'arrêtait jamais, surtout pas aujourd'hui, Rhett avait un surplus d'énergie à dépenser illico presto. Il se posta, les bras croisés à tenter de comprendre le message de la légiste mais il avait le cerveau embrumé par les restes de cervelle qui devaient encore traîner sur son scalp. "T'es pas accro à tes cadavres... Merde moi qui croyais que tu dormais avec Johnny dans le casier douze... Tout un truc foutu en l'air. J't'ai dit que Roberta, c'était mon deuxième prénom... Non? Non, ça marche pas non plus?" Il lança un geste d'échec (*NDLR: le coup des miettes sur le bureau jeté dans la poubelle pour qu t'aies une image love, je reprends mon rp*) avant de faire comme s'il n'avait rien dit, enchaînant en sifflotant l'air de K2000 en inspectant les instruments d'autopsie de Reid. Il fit une grimace devant un scalpel se demandant s'il était vraiment utilisé pour retirer des yeux.. Il relâcha l'outil, alluma la radio en revenant vers la jeune femme avec ce sourire de charmeur qu'il n'était même pas au courant d'avoir. "Comment ça pas aujourd'hui? T'as aucune excuse pour esquiver la danse, même tes cycles de menstruations, ça marchera pas avec moi..." Il se laissa entraîner dans la danse, en souriant devant les pupilles brillantes de la brune. Rhett n'avait jamais été aussi proche d'elle et il sentait son rythme cardiaque s'emballer, ses pensées se perdant dans la contemplation de ce visage merveilleux. Il revint à lui quand la voix de Reid lui perça les tympans et il était totalement perdu... Le monde entier devait voir l'effet que lui faisait la légiste, c'était une évidence. "Une blague, quelle blague? Un article, quel article? T'aimes pas mes visites, c'ça? J'ai le coeur brisé... Moi qui pensais t'inviter à dîner... Ma vie est fichue totalement." Et il déglutit tant bien que mal parce qu'il était sérieux cette fois là. Rhett voulait dîner avec Reid et il avait peur de se prendre le râteau de sa vie, même si ce ne serait clairement pas le premier. Il ne capta même pas que la musique devint plus douce, instinctivement, il entraîna Reid dans un slow sans même lui demander franchement son avis. Rhett la regardait, silencieux, quelques instants, ce n'était pas son genre de se taire très longtemps de toute manière. "Sérieusement, Reid, tu... Tu envisagerais un dîner? Enfin, tu m'dirais si j'te dérangeais avec mes chaussons aux pommes... Et mon style vestimentaire désastreux, ne le précise pas, ces tongs me torturent là." Il les jeta au hasard avant de sourire et faire tourner Reid, comme s'il avait toujours dansé de cette façon... Rhett était loin de sa zone de confort mais il essayait, tant bien que mal.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


“I'm a space bound rocket ship and your heart's the moon.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Melissa Fumero
↝ Attentats : 103
↝ A emménagé le : 26/05/2015
↝ Pseudo : RiverFalls
↝ Crédits : ©nop
↝ Autre(s) tête(s) : Roman the boy on fire
↝ Métier : Médecin Légiste
↝ Âge : 34 ans



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Lun 15 Juin - 20:10

ft Rhett & Reid
We're not messing around


C’était franchement compliqué, les relations humains, les interactions sociales et les efforts à fournir pour un minimum de sociabilité. Reid pouvait comprendre l’existence de lois à suivre pour la survie de l’espèce en troupe, ou en société même si désormais les gens ressemblaient tous à des moutons qu’à autre chose, mais elle avait toujours du mal avec les règles tacites concernant le comportement à avoir envers les autres. Ca ressemblait à un mauvais jeu d’acteurs et après ces années à se méprendre, à jouer le rôle d’une femme qui se trouvait à cent milles lieues de ce qu’elle était, Reid avait tout bonnement cessé d’y croire. Pas qu’elle s’accrochait fébrilement à l’espoir stupide qu’un prince charmant soit fasciné par son mental de bûcheron, plus que son attitude de princesse sous acide, mais quelque part elle crevait de devoir constamment faire semblant. Avec ses parents c’était la même chose, un recommencement perpétuel d’échanges identiques à ceux de la veille, sur les mêmes sujets, tout ça pour ne pas laisser le champs libre à l’improvisation et, donc, à tout ce qui pouvait sommeiller au fond d’elle et qu’elle crevait de balancer à leur visage bien pomponner. Reid voulait crever l’abcès, se défaire du carcan de la bonne conduite sociable et dire ce qu’elle avait envie de dire, quand elle voulait le dire, au lieu de suivre le mouvement. Dire qu’elle s’était toujours rêvé bergère et non mouton, voilà qu’elle suivait le troupeau bêtement. Au final on en attendait trop d’elle et à trop vouloir rendre fier les autres et répondre aux hauts critères qu’ils avaient pour sa personne, Reid menaçait de faire un burnout. C’était peut être pour ça qu’elle appréciait de voir Rhett dans le décor, parce qu’il avait l’air de suivre le vent, de se laisser porter et d’agir comme bon lui souhaitait sans trop se préoccuper des regards alentours. Il en fallait du courage pour se balader avec une tenue pareille, alors qu’elle elle n’osait se permettre ce genre d’écarts qu’une fois à l’abri chez elle ou dans sa morgue avec, pour seuls témoins, des gens refroidis depuis plus ou moins quelques temps. Rhett semblait insoumis, vibrant de ce quelque chose qu’il lui manquait pour se sentir complètement libérée de l’emprise de son entourage, quand bien même elle continuait à claironner qu’elle était une adulte indépendante depuis longtemps, à vivre dans sa belle baraque, à faire des plans, payer ses impôts sans avoir besoin de demander de l’aide à papa et maman. Parlons en de papa tiens, elle grimaça un peu en y songeant, accablée par le poids de la culpabilité, tout simplement parce qu’il y avait un mail qui trainait dans sa boite depuis un mois, dans lequel il y avait sans doute les informations qu’elle attendait, sans trop les espérer, sur l’homme à l’origine de sa conception. Son regard resta, d’ailleurs, ancré sur le papier, à lire ce qui s’y affichait sans clairement le voir, la voix de Rhett en fond, comme un agréable petit air de Chopin, du genre qu’elle écoutait les soirs de bains moussants avec un verre de rouge. Merde, c’était ce soir qu’elle avait droit à son fameux bain relaxant et elle avait encore oublié de racheter de la mousse.

« Je te proposerais bien de t’allonger et d’écarter les jambes pour que j’inspecte l’utérus, mais je ne suis pas certaine qu’on soit aussi intime.. Elle appuya le support du dossier contre son menton, tout sourire, et s’approcha pour attraper la main de Rhett et la lui faire poser plus haut sous son aisselle. Tu sens une grosseur ou pas ? Parce qu’au pire, j’ai un scalpel tout désinfecté là, qui attend que ça, de servir.. Hmm.. ton biceps brachial est étonnamment ferme et costaud.. T’as jamais pensé faire du lancer de poids ou de disque ? Tu en aurais les capacités .. Tu devrais y songer, si jamais tu veux changer de carrière.. Par contre ça demande un régime drastique, donc plus de pot de nutella.. Et en parlant de ça.. » Elle lui tourna le dos, reposant le dossier de la camioneuse, pour se frotter la joue de son stylo encore bouchonné, jetant un oeil au dossier du cadavre qui attendait encore une autopsie. « Tu saurais pas qui a entamé le pot de nutella que j’avais planqué dans le placard là-bas, sous le bureau ? J’aurais bien accusé mon assistante, mais vu ses plaques la dernière fois qu’elle a gouté une noisette.. J’pense pas qu’elle aurait pris le risque de se faire quatre cuillères de nutella.. Oui, j’ai compté. » En se retournant, elle manqua de renverser la table, s’y appuyant brutalement en surprenant Rhett dans son dos, lui faisant un baise-main et la laissant pantoise. « De.. un.. ah bon.. » Elle perdit clairement ses moyens, parvenant à peine à cacher ses joues un peu rose, reprenant de sa superbe, enfin dans la mesure du possible parce qu’elle en débordait pas vraiment, en croisant les bras. « Je ne dirais pas non.. J’ai déjà tenté un voyage en mer avec mon bea.. mon père et mon frère quand j’étais plus jeune.. C’était plutôt agréable, à condition que tu saches naviguer et que tu différencies tribord et bâbord.. Sans parler de la voile.. On pourrait pêcher, c’est très relaxant tu sais et bon pour le coeur, tu expérimentes un tel degrés de patience en attendant que ça morde.. Enfin.. Je n’ai jamais tenté de prouver cette théorie.. » Elle partait clairement en vrille et si elle était généralement connue pour toujours dire des trucs plus ou moins intellos, ou juste barbants parce qu’elle parlait trop et foutait des termes scientifiques partout, il était clair que cette fois elle cherchait à combler le vide.. Des picotements encore bien senti sur le dos de sa main qu’il avait baisé. Pff l’idiot.

Lui aussi parlait beaucoup apparemment. Elle le fixa un moment sans savoir quoi répondre, visiblement perdue dans le schmilblik qui s’échappait de ses lèvres qui remuaient trop. Reid avait coupé le son et le regardait de ce même air des poissons rouges ayant fait quatre fois le tour du bocal et semblant réaliser, sans doute pas, qu’ils étaient peut être potentiellement déjà passé par là, avant de reprendre leur ronde. Malgré tout, Reid tenta une réponse pleine de mordants mais se tut en écoutant le morceau qui passait à la radio, acceptant une danse, une seule, parce que l’air de rien elle avait encore du travail et que la présence de Rhett avait tendance à la perturber un peu, ou a juste lui faire oublier la raison de sa présence ici. « Mon cycle de menstruations n’est pas prévu avant deux semaines de toute façon..Quoiiii.. m’enfin Reid.. » Elle marmonna la fin de sa phrase, réalisant l’énormité de sa réponse, qu’elle aurait voulu cinglante et drôle.. Qui était plutôt de l’ordre du bizarre et franchement pas pudique. Elle rougit, leva les yeux au plafond et soupira, faisant mine de se concentrer sur la musique, alors qu’en réalité Reid avait fini par totalement oublié qu’il avait un autre son dans la pièce que la voix de Rhett. « Tu extrapoles beaucoup .. Je n’ai jamais dis tout ça.. Tu es sûre que ce n’est pas toi qui es en plein cycle de menstruations ? Tu en as tout les symptômes, enfin pour la douleur utérine je ne sais pas.. Tes ovaires son douloureuses? » Un sourire, suivit de près par un rire qui mourut au fond de sa gorge avant même d’en sortir. Elle s’était arrêtée, quand bien même elle dansait un slow depuis bien deux minutes sans vraiment s’en apercevoir, dévisageant Rhett sans trop savoir quoi dire. « Dîner ? on pourrait se commander thaï et s’faire livrer si tu as.. oooooh » Elle ne comprit le sens de sa proposition qu’après avoir commencé à la ramener. Elle se dégagea, recula, se prit le coin du bureau dans les fesses, grimaçant en se massant maladroitement, fit mine de chercher un truc en remettant ses mèches derrière ses oreilles en baissant le nez vers le sol (*ndlr: non même pas besoin en fait, j’suis sûre que t’as capté le clin d’oeil). « Hmm.. Je.. J’ai pas dis non hein.. je ne dis pas non.. Juste.. heu.. Et bien.. Comment dire ça.. » Visiblement, les règles tacites de la bonne tenue en société lui échappaient. « C’est-à-dire que je ne suis pas sûre qu’on ne se soit jamais croisé en-dehors de la morgue alors.. Ca serait bizarre non ? Peut être que sorti de ces murs on s’appréciera pas.. Et pas parce que tu as une manière de t’habiller très particulière, je ne critique pas d’ailleurs, j’applaudis la performance dans le mauvais goût.. Ne le prends pas mal, c’est pas sensé être méchant.. C’est.. Je disais quoi.. » Elle s’obligea à poser les mains sur la table métallique, froide, et se recentra. « J’ai des conversations très limitées, tu supporterais vraiment pas de me voir avec mes fiches aide-mémoire pour tenir plus d’une heure autour d’une table à parler de la météo ou de la politique du maire.. J’veux dire.. On est pas un peu au-dessus de ça? Attend.. je reprends.. » Reid ferma les yeux deux secondes, inspira et revint à sa place initiale, près de Rhett, une main dans la sienne, l’autre sur son épaule, pour danser à rythme avant de sourire. « Un diner ? Super.. Tu sais quoi, laisse moi t’emmener quelque part, je connais un petit truc qui paie pas de mine vu de l’extérieur mais ils font les meilleurs samoussas que j’ai mangé de ma vie. » Le tout agrémenté d’un sourire et de dents blanches.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
↝ Admin comploteur ↜
avatar
The Sons are watching you



↝ Avatar : Andy Samberg.
↝ Attentats : 223
↝ A emménagé le : 25/05/2015
↝ Pseudo : Fictifs-Therapy.
↝ Crédits : Nuit Parisienne.
↝ Autre(s) tête(s) : Wren le kit suédois.
↝ Métier : Journaliste-photographe. Vocation ratée, déception familiale.
↝ Amour : Vide, comme son dernier pot de Nutella.
↝ Âge : 36 ans.
I'M ON A MOTHERFUCKING BOAT.



MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   Ven 19 Juin - 0:52

ft Reid & Rhett
We're not messing around


Il oubliait parfois qu'il ne venait pas du même monde que tout le peuple u'il devait côtoyer au quotidien. Rhett, c'était tout un univers et dans cette petite bulle nacrée, il y avait surtout de la place pour une flagrante immaturité et une collection gigantesque de Lego. Il avait beau essayer de faire de la place pour tout ce qui devait concerner les responsabilités et les problèmes d'adultes, il n'y arrivait pas vraiment. Force était de constater qu'il avait un problème d'envergure: Rhett n'était pas né dans la bonne famille, voire même à la mauvaise époque alors, il pouvait faire ce qu'il voulait, ce ne serait jamais considéré comme bien ou juste normal. Cela faisait longtemps d'ailleurs qu'il avait abandonné l'idée d'être le Stephens de l'année car, oui, il y avait un vote à Noël pour décerner ce prix débile à un membre de la famille royale... Rhett n'avait jamais remporté la couronne, ce n'était même pas la peine de le préciser, ils avaient même créé une catégorie spéciale où il n'y avait que lui qui concourait, les Razzie Stephens et il en avait même gagné trois l'année où il avait ramené une prostitué au dîner tant attendu. En clair, il avait toujours tout foiré sur toute la ligne mais ce n'était pas plus mal parce qu'avec le temps, plus personne n'avait d'attentes le concernant, il était juste le type de loin, le frère qu'on était obligé de voir de temps en temps alors qu'on préférerait nettement oublier son existence. Rhett ne se portait pas mal de toute cette histoire. Certes, quand il était plus jeune et qu'il se cherchait encore une identité, il avait été blessé pendant plusieurs années mais au bout du compte, il voyait sa position comme une véritable opportunité de se détacher d'une famille clairement toxique à son bien être. Et le misérable était devenu journaliste, la meilleure décision de toute sa vie même si Rhett avait parfaitement conscience qu'il était dans le viseur de son père. Il fallait dire qu'il avait tenu deux pauvres semaines à l'académie de police et il avait ruiné la réputation de ce cher Stephens senior et quand on avait un ego aussi important que le sien, c'était dur de pardonner. De toute manière, Rhett ne cherchait pas spécialement l'approbation de son père, c'était loin tout cela. Aujourd'hui, il faisait son petit bonhomme de chemin et dire qu'il était tortueux, c'était certainement un doux euphémisme. Rhett aimait bien se mettre dans les pires misères et les affaires qu'il devait traiter relevaient surtout des cas de boucheries que des propos journalistiques à proprement parler. S'il avait voulu devenu Jack L'Eventreur, il avait tous les éléments pour y arriver en vue de ce qu'il avait vu chez le légiste depuis dix ans mais il s'égarait légèrement quand il prenait ce chemin là. Il ne fallait pas se mentir, Rhett avait un talent certain pour la photographie, il aurait peut être du choisir de faire des photos de mariages ou ce genre de cérémonies mais le surplus de bonheur des uns et des autres le rendait fiévreux alors il avait choisi le journalisme parce qu'au moins, dans ce domaine, on n'avait jamais de bonnes nouvelles photographier. C'était peut être pessimiste comme vision mais Rhett n'était pas tout à fait comme tout le monde: il collectionnait les Lego et les paires de tongs à plus de trente six ans, à savoir si c'était inquiétant ou plutôt rassurant, là dessus, il n'avait pas vraiment la réponse. Mais c'était ce qu'il aimait aussi, il n'était pas sûr de se comprendre à cent pour cent, Rhett tâtonnait encore et surtout avec les femmes d'ailleurs parce que s'il y avait bien un domaine où il était complètement largué, dans tous les sens du terme, c'était bien celui-là. De temps en temps, surtout quand il était ivre, il avait un éclair de génie et il invitait une jolie fille à dîner mais c'était rare parce qu'il se ridiculisait à quatre vingt quinze pour cent du temps. Oui, il avait fait des statistiques carrément.

Par contre, il n'avait pas essayé de comptabiliser le nombre de fois où il s'était pointé à la porte de la morgue dans l'espoir de croiser Reid et de pouvoir lui parler sans avoir un cadavre morbide à moins de trois mètres de son nez. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas l'endroit, la preuve, Rhett y passait le plus clair de son temps depuis quelques semaines, c'était surtout qu'il aurait aimé rencontrer Reid dans un autre environnement pour voir si les choses changeraient avec de nouvelles variables, une nouvelle paire de tongs ou un autre accoutrement de manière plus générale. Il avait presque honte de ses conneries maintenant et pourtant, Silva rentrait dans le jeu, c'était peut être pour cela qu'il la préférait à toutes les autres. Rhett n'était pas normal et par ce simple fait, il ne pouvait pas accepter de côtoyer dev gens qui rentraient dans le moule. Il aimait le fait qu'elle était belle sans avoir à en faire des tonnes, qu'elle pouvait traîner pieds nus et en jogging en plein milieu d'une autopsie, tous ces petits détails qui faisaient sa différence et qui marquaient le coeur de Rhett sans qu'il ne soit véritablement conscient de la situation. "T'essayes déjà d'me foutre à poil, c'ça? Sacrées manières, madame la légiste..." Il se mit à sourire même s'il était perturbé que Reid le touche. En même temps, il flippait pour sa santé, il n'était plus très sûr s'il s'agissait de la physique ou de la mentale maintenant. "J'rêve ou tu m'tates les muscles là? Tu veux voir mes abdos aussi? Décidément, tu fais une fixette sur mon corps aujourd'hui, fais gaffe, j'vais rougir... Et tu sais bien que jamais, j'peux perdre mes tablettes de chocolat, j'ai besoin de ma dose de Nutella sinon j'deviens fou." Il rit légèrement parce qu'ils avaient clairement l'air de deux adolescents qui essayaient de faire plier l'autre sans raison apparente. Cela faisait belle lurette que Rhett avait abandonné toute résistance face à la légiste, même s'il ne disait pas grand chose pour le montrer habituellement. Mais aujourd'hui était différent parce qu'il avait failli y passer dans un placard à cadavres, qu'il était habillé comme Carlos et qu'il avait bu un peu de champagne avant de débarquer alors pour le coup, Rhett était prêt à tout, enfin prêt, c'était plutôt cela qu'il fallait dire. "Tu m'accuses pour le Nutella? Et pourquoi ce serait moi? J'suis un ange, j'oserais jamais fouiller dans tes placards comme ça... Puis une cuillerée, comment t'as su?" Rhett ne savait pas bien ce qu'il tentait d'accomplir mais il espérait de tout son coeur qu'il atteindrait ce but invisible. Déjà, il lui parlait de l'inviter sur un bateau, pas la peine de préciser qu'il n'avait pas le permis adéquat, déjà que ce n'était pas certain qu'il avait le permis vélo en vue de toutes les chutes qu'il avait faites sur ce genre d'engins. "J'suis un spécialiste de la pêche au bar, t'en fais pas... J'pourrais t'relaxer rien qu'en t'laissant tenir la canne, j't'assure." Et cela sonnait incroyablement tendancieux et comme un idiot, il était en train de se frapper le crâne de sa main quand Reid ne regardait pas. A croire que Rhett était né pour faire foirer la moindre situation, même celles qui n'étaient pas foirables à priori. Boulet de l'année, Razzie Stephens, il devait mériter tous ces titres plus que n'importe qui sur cette planète. Et pourtant, il dansait bien, il avait appris en faisant un article sur une école de danse et il avait bien aimé alors il avait continué et il se défendait plutôt pas mal à l'arrivée. "C'quel jour alors? Que j'sache quand j'dois pas venir pour éviter tes foudres." Apparemment, il s'y connaissait en cycles menstruels en plus, Rhett ce héros. Un héros tellement puissant qu'au terme de semaines à tourner autour du pot, il osait enfin inviter Reid quelque part. C'était presque un miracle et s'il s'en sortait vivant, il se ferait une petite roue en espérant ne pas s'exploser l'omoplate à l’atterrissage. Il paniquait un peu en attendant la réponse de la légiste et il ferma même les yeux quand elle s'écartait pour finir contre le plateau d'autopsie. Rhett, lui, prit une grande bouffée d'air frais avant de la laisser terminer un sourire aux lèvres. "J'rêve ou t'étais en train de paniquer là?" La danse reprenait et pourtant Rhett s'arrêta en plein mouvement, attrapant les deux mains de Reid en la regardant dans les yeux. "J't'assure qu'y a pas d'risques que j'te supporte pas dehors... Et tu peux faire autant de fiches que tu veux, j'trouverais ça plutôt marrant qu'handicapant. Et crois moi, j'ai vraiment envie qu'on se voit sans que Roberta nous regarde dans ma vision périphérique. Reste morte, 'Berta, bon sang." Il lui sourit après avoir jeté un oeil à ladite Roberta. Bien vite, il se dit qu'il a peut être réussi quelque chose de grand aujourd'hui, non d'adulte et il sentait son coeur s'emplir d'un brin de fierté autant que d'affection pour la femme en face de lui. "Ca tombe bien, j'adore les samoussas... Et même si j'aime pas ça arrivé au resto, j'les jetterais discrètement dans ton assiette sans que tu le vois. Tout le monde est gagnant. On y va quand alors?" Rhett avait oublié l'article, totalement. Il avait les yux braqués sur ceux de Reid et il souriait, en caressant la paume de sa paume, plus inconsciemment qu'autre chose, il était fichu l'idiot.

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


“I'm a space bound rocket ship and your heart's the moon.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
The Sons are watching you




MessageSujet: Re: We're not messing around + Reid   

Revenir en haut Aller en bas
 
We're not messing around + Reid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We're not messing around + Reid
» 6- Amy reid VS Maryse Ouelette
» Hanna Reid " Quand t'as pas d'ami ... MANGE UN CURLY !"
» Roster NJ Devils
» Hanna Reid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boston Tea Party :: Boston Tea Party Playfield :: Downtown :: Boston Hospital-